Sophrologie et naturopathie : le duo gagnant !

Sophrologie et naturopathie : le duo gagnant !

La sophrologie et la naturopathie sont deux approches très complémentaires de la santé. Elles ont pour objectif d’aider l’individu à devenir un réel acteur de sa santé physique et mentale. Elles lui fournissent des clés qu’il pourra réutiliser en toute autonomie au quotidien. 

Au delà de l’hygiène de vie et l’alimentation, la qualité de nos pensées a un impact considérable sur notre état de santé. Bon nombre de troubles physiques (problèmes de peau, digestifs, immunitaires…) sont intimement liés à des troubles psycho-émotionnels. Ce que nous taisons, génère des blocages émotionnels, que le corps transforme en symptômes (« le mal a dit »). Travailler uniquement sur l’hygiène de vie de la personne améliorera son état, mais ne permettra pas de résoudre la problématique durablement. La sophrologie pourra alors s’avérer d’une aide précieuse !

Mais qu’est ce que la sophrologie exactement ? Et quels sont ses domaines d’application ?

Qu'est ce que la sophrologie ?

Le mot « sophrologie » est créé en 1960 par Alfonso Caycedo (1932-2017). A l’origine, ce terme désignait les techniques d’hypnose utilisées en milieu hospitalier par les psychiatres. Le mot « sophrologie » se compose du préfixe « sos » qui signifie « harmonie », « phren » qui désigne l’esprit et de « logos » pour la science. La sophrologie est donc l’étude de l’harmonisation de l’esprit. Elle permettait aux patients de prendre conscience de leurs états et de les rendre acteurs dans leur traitement.

La sophrologie combine des exercices qui travaillent à la fois sur la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation.  L’amalgame de toutes ces techniques en fait un outil complet et redoutablement efficace.

La notion de conscience en sophrologie

La sophrologie est une véritable gymnastique de la conscience. La conscience est cette force enveloppante qui fait le lien entre les différentes structures de notre être (le corps, le mental et le système émotionnel). C’est une sorte de radar, une énergie capable de capter et de faire émerger au mental certaines informations. Cela suggère l’idée d’une conscience qui n’aurait aucun jugement, aucune interprétation, aucun attachement aux informations qu’elle capte. Plus notre conscience est développée, plus elle est capable de capter des informations, et plus nous sommes conscients de nous-même et de ce qui nous entoure.

Les états de conscience

En sophrologie, on considère l’existence de plusieurs états de conscience :

  • La conscience pathologique : la conscience est atteinte par la maladie, ses capacités sont altérées de façon plus ou moins profonde. Cet état de conscience est étudié en psychiatrie.
  • La conscience ordinaire : Le sujet qui se trouve dans cet état de conscience est dit normal. Il varie au gré des difficultés rencontrées par la personne dans son quotidien. Cet état de conscience est étudié par la psychologie.
  • La conscience sophronique : C’est un état de conscience dit « optimal ». On le rencontre durant le travail en phase de sophronisation. C’est également un état qui peut devenir permanent avec un entraînement régulier. L’état de conscience sophronique est donc un état de pleine conscience et d’harmonie corps-esprit. Cet état est étudié par la sophrologie.
sophrologie1

Les niveaux de conscience

Il existe également plusieurs niveaux de conscience, représentant les variations qualitatives de la conscience : 

sophrologie2
  • Niveau de veille attentive : C’est le niveau dans lequel nous sommes lorsque nous pouvons concentrer efficacement notre attention. Nous parlons d’hyper vigilance.
  • Niveau de veille : la vigilance diminue, dans un sens descendant, depuis l’hyper vigilance, vers la vigilance ordinaire. C’est la vigilance que nous avons pour les actes de la vie courante.
  • Niveau sophro-liminal : la capacité de communication persiste et la vigilance n’est pas rompue. Ce niveau possède des propriétés particulières, puisqu’il va permettre de mieux percevoir les sensations corporelles. Dans ce niveau de conscience pendant la sophronisation la qualité de présence et d’intégration est meilleure.
  • Niveau de sommeil : Il s’agit de la perte de conscience des stimuli extérieurs. Dans le cas d’un sommeil profond, la perte de conscience des stimuli est totale.
  • Niveau de coma : Dans ce niveau de conscience il se produit une disparition totale des réponses motrices. Le niveau qui intervient après le coma est la mort.

Le déroulement d’une séance de sophrologie

sophrologie3

Une séance de sophrologie commence toujours par une anamnèse qui permettra de cibler au mieux la demande ainsi que les antécédents de la personne. 

Une fois la problématique et les objectifs parfaitement définis, le sophrologue accompagne la personne dans le processus de « sophronisation ». La sophronisation induit la détente et la relaxation profonde au moyen de la voix du sophrologue (le terpnos logos).

Le sophrologue utilise également des techniques de relaxation dynamique, qui sont des exercices psychocorporels de tension et de relâchement musculaires sont associés à la respiration.  Ils permettent de ressentir les sensations physiques du corps dans sa globalité en favorisant la prise de conscience du schéma corporel en relation avec nos émotions et nos ressentis. 

Une fois le niveau sophro-liminal atteint, le sophrologue peut accompagner la personne dans la phase d’activation sophronique. Le sophrologue invite à la visualisation dans une dynamique positive qui tendent à développer le potentiel de l’individu vers la réalisation de l’objectif. A ce stade, de nouveaux ancrages peuvent être créés grâce aux signes signaux.

Après avoir pris conscience de tout le positif généré par la séance, le sophrologue accompagne l’individu vers un retour au niveau de veille habituel. C’est la phase de dé-sophronisation.

Enfin, s’ensuit un échange avec le sophrologue sur le déroulement de la séance. Le ressenti au niveau du corps et des émotions. 

La respiration joue un rôle fondamental tout au long de la séance. Elle est présente de manière différente à chacune des étapes. Elle permet d’apaiser, maîtriser les émotions excessives, bien s’oxygéner et récupérer de l’énergie en fin de séance.

Les champs d’application de la sophrologie

L’utilisation de la sophrologie peut s’appliquer dans de nombreux domaines. La méthode permet de répondre à un très grand nombre de problématiques et l’on distingue 4 grands domaines d’intervention présentés ci-après.

1. La gestion du quotidien

La sophrologie aide à mieux gérer son stress et son anxiété au quotidien. Plus généralement, elle permet d’apprendre à gérer ses émotions et éviter qu’elles ne deviennent trop envahissantes. La méthode est aussi d’une grande utilité pour améliorer la qualité du sommeil. Elle favorise la récupération, améliore le niveau de bien-être et de vitalité en luttant contre les troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, insomnies).

2. Préparation à un événement

La sophrologie est un excellent outil de préparation à un événement important. Elle permet de travailler sur la visualisation de l’événement futur, en « vivant à l’avance » l’atteinte de l’objectif de manière positive. On peut ainsi travailler sur la préparation à un examen, la préparation à une compétition sportive ou encore à un accouchement. 

La sophrologie aide à gérer l’appréhension le jour J, à mobiliser toutes ses aptitudes et à prendre conscience de ses capacités à vivre ces événements de la meilleure des façons.

3. Accompagnement d’un traitement médical

La sophrologie ne guérira pas une pathologie au sens médical du terme. C’est une technique complémentaire qui aide les patients à mieux supporter les traitements et soins médicaux. Elle pourra par exemple être utilisée dans l’accompagnement de cancer, afin de diminuer les effets secondaires ou à restaurer l’image de soi. Elle pourra également être utilisée dans le cas de certaines maladies telles que l’endométriose, afin de mieux gérer la douleur et de retrouver une qualité de vie au quotidien.

La sophrologie, en utilisant des techniques de visualisation, aide également les patients à mobiliser l’énergie nécessaire à la guérison et à mieux supporter les traitements.

4. Accompagnement d’un comportement pathologique

La sophrologie peut être utilisée en accompagnement de comportements pathologiques. Elle servira par exemple à l’accompagnement de phobies, telles que la peur du vide, des transports ou encore du noir. Elle pourra également aider les personnes sous l’emprise d’addictions telles que l’alcool ou le tabac.

Bien qu’elle ne soigne pas, elle aidera les personnes à mieux gérer leurs émotions, et être en possession de tous leurs moyens afin de sortir de leurs anciens schémas négatifs.

Pour conclure ...

La sophrologie est un fabuleux outil, qui complète parfaitement la naturopathie. Elle est très facilement utilisable au quotidien. 

Bien plus qu’une simple méthode de relaxation, la sophrologie permet d’entrer en contact avec la conscience de son corps et de ses ressentis. C’est également une méthode de connaissance du soi, qui aide à mobiliser ses ressources personnelles afin de dépasser des blocages ou se préparer à un événement appréhendé. 

La sophrologie contribue de manière significative à l’amélioration de l’hygiène vitale. Elle aide à la gestion des émotions, contribue à l’amélioration du niveau de bien-être et de vitalité et favorise l’épanouissement personnel.

Articles similaires susceptibles de vous intéresser :

Laisser un commentaire